Chercher sur le site
A suivre sur les réseaux sociaux :
Egalement sur :
La Folie d'EntreprendreLe podcast dédié à la psychologie des entrepreneurs

Dépression des entrepreneurs : retours d’expériences utiles

Alors que la santé mentale des entrepreneurs devient enfin un sujet de préoccupation et d’études, encore trop peu de témoignages directs sont accessibles à ceux et celles qui se retrouvent dans ces situations difficiles. Analyse d’une discussion toute récente de trois entrepreneurs US à succès sur le sujet.

Deux des raisons principales derrière mon podcast La Folie d’Entreprendre sont qu’on ne parle pas assez du revers de la médaille des fondateurs d’entreprises ; et que j’adore écouter des podcasts pour apprendre quelque chose de nouveau, et avoir l’impression de le faire directement avec la personne interrogée.

L’un de mes podcasts préférés sur le sujet du capital-risque est le “20 Minute VC”, de l’inénarrable Harry Stebbings. On y parle d’habitude de sujets assez techniques avec des entrepreneurs et investisseurs en vue de la Silicon Valley.

Dans un épisode de fin juillet 2020 (cf. source à la fin de ce post), trois entrepreneurs et investisseurs US à succès ont été réunis pour un épisode spécial santé mentale.

J’ai déjà évoqué, dans un article précédent, les bons conseils pour se tirer de ce mauvais pas. L’objectif de ce post est de sensibiliser les entrepreneurs aux causes spécifiques à leur métier de fondateur et dirigeant.

Voici les grandes leçons qu’on peut tirer de cet échange foisonnant issu de leur propre expérience, mais aussi de leur position de mentors auprès d’autres fondateurs. 

Des signes qui ne trompent pas

Les trois invités du podcast ont des expériences personnelles variées.

Tracy Lawrence, qui a revendu sa startup en 2020 après huit ans à sa tête, explique qu’elle s’est rendue compte de son problème lors de sa seconde levée de fonds, qu’elle a menée seule pendant presque un an. Un soir, elle s’est tout à coup retrouvée au milieu de ce qu’elle décrit comme une “spirale émotionnelle” qui l’a conduite à remettre en cause non seulement sa place dans le monde de la tech, mais aussi ses compétences propres. 

Pour Jerry Colonna, un investisseur devenu l’un des coachs les plus influents des CEO de la tech US, les choses sont plus intenses. Après une enfance auprès d’une mère souffrant de maladie mentale et d’un père alcoolique, Jerry fait une tentative de suicide à 18 ans. Près de 20 ans plus tard, un deuxième épisode de dépression le pousse à creuser la source de son mal. 

Brad Feld est bien connu de la communauté TytchMe Academy, car c’est l’un des investisseurs que je cite le plus souvent dans mes formations sur le capital-risque. Investisseur talentueux ayant eu une carrière d’entrepreneur à succès avant, il est l’une des voix les plus actives sur le sujet de la santé mentale des entrepreneurs. Brad Feld a connu de nombreux épisodes de dépression intenses. Le premier quand il était entrepreneur, luttant avec un divorce, l’éviction du programme doctoral qu’il conduisait en parallèle de sa vie d’entrepreneur, et le sentiment de sans cesse répéter la même chose dans sa boîte.

Pourquoi les entrepreneurs ont du mal à chercher de l’aide

Comme je l’ai déjà évoqué dans un autre post et à plusieurs reprises avec mes invités du podcast, de nombreux entrepreneurs ont intrinsèquement un besoin assez faible de soutien, de sympathie et d’empathie.

Swann Fernandez décrit bien le fait que quand on est entrepreneur, on n’a pas que des gens – ou des conseils – bienveillants autour de soi. Être capable d’avancer alors que l’environnement immédiat n’est pas encourageant peut se révéler utile dans ce contexte si particulier qu’est la création d’entreprise.

Brad Feld relève une autre raison. Avoir des problèmes de santé mentale est encore trop souvent perçu comme un stigmate, une marque d’infamie dans un milieu où il faut se montrer fort, puissant, sans la moindre once de doute ou de faiblesse.

Il n’y a aucune honte à avoir des problèmes de santé mentale quand on est entrepreneur.

Brad Feld

Pour Tracy, la déprime qu’elle a connue est arrivée alors qu’elle se posait des questions sur la viabilité financière de son entreprise. Le premier sentiment qu’elle décrit est la peur. Cette crainte de ne plus pouvoir travailler avec l’équipe d’une douzaine de personnes qu’elle avait eu tant de mal à recruter, de connaître l’échec, mais aussi de ne pas apparaitre comme le leader fort et intrépide qu’elle pensait devoir être. 

La conséquence de cette conception interne du chef est qu’elle n’a pas partagé ses craintes avec son équipe, de peur de les voir quitter l’entreprise. Un écho direct au témoignage détaillé et poignant de Ryan Caldbeck, un autre fondateur à succès de la Silicon Valley, qui l’a conduit à démissionner de son poste de CEO sur fonds de burnout.

Fearless

Dans l’épisode #6 de La Folie d’Entreprendre, Raphaël Girardin donne des conseils pratiques pour éviter la peur d’entreprendre. Une méthode qu’on peut utiliser tout le long de son chemin entrepreneurial.  

Jerry Colonna rappelle que ce sentiment de crainte, quand il est partagé avec ses proches, et notamment ses salariés quand on est entrepreneur, peut en réalité devenir un vecteur d’unité. Il faut mettre de côté la peur de l’échec, le qu’en dira-t-on, et abattre ce monument de l’entrepreneur toujours au top qu’on a bâti dans nos têtes.

L’isolation se transforme alors en empathie partagée. 

Le piège des points d’étape

De nombreux entrepreneurs essayent de fonctionner par points d’étape, les fameux “milestones”. Il se disent qu’il faut atteindre un jalon prévu à l’avance pour ensuite trouver une forme de bonheur : le premier recrutement, le premier client, la première levée de fonds.

L’ennui avec cette méthode est qu’elle fonctionne rarement.

La plupart des entrepreneurs n’ont en effet jamais vraiment de satisfaction, c’est d’ailleurs ce qui les fait avancer.

I can get no satisfaction

Je demande souvent à mes invités de réagir à l’expression : “Une bonne chose de faite”. Avec presque invariablement la même réponse : ça n’arrive jamais.

Brad Feld explique que le bonheur n’est pas lié à l’atteinte des jalons. Quand le point d’étape est atteint, on est trop souvent tellement épuisé que le sentiment principal est une forme de déprime.

Il ajoute que pour d’autres, la petite pointe de satisfaction est éphémère et tout de suite suivie par la poursuite d’un autre jalon. Benjamin mentionne également ce phénomène dans l’épisode #7.

“J’ai levé 30 millions de dollars et je me sens pire qu’avant.”

Jerry Colonna, à propos des Fondateurs de ses bootcamps

Jerry Colonna va plus loin encore, révélant que cette fuite en avant est quasiment toujours destructrice car chaque étape atteinte met la barre plus haut pour la prochaine.

Cela conduit inexorablement aux “montagnes russes émotionnelles” que de nombreux invités du podcast évoquent également, comme Laura ou encore Bertran (épisodes non encore publiés à la date où j’écris ces lignes, mais tu peux t’abonner à la newsletter pour ne pas les rater). 

Revoir notre mesure du succès

Comment se sortir de cette spirale infernale quand on est entrepreneur, et donc très souvent un.e battant.e et hyper compétitif.ve ? Et donc toujours à la recherche du succès.

Il faut revenir à la racine de notre sentiment de bonheur, selon Jerry Colonna, qui n’est pas liée à l’atteinte d’objectifs mais à la question : “Suis-je digne d’amour ?”

Depuis qu’on est enfant, on apprend à lier ce sentiment d’être aimé, d’être en sécurité, et d’appartenir au groupe, à une mesure extérieure. On a une bonne note quand on travaille bien, nos parent nous disent qu’ils nous aiment quand on fait quelque chose en conformité avec ce qui est attendu de nous.

Durant toute la vie de ma startup, mon bonheur dépendait de notre courbe de revenus.

Tracy Lawrence

Tracy Lawrence recommande fortement aux entrepreneurs de déceler ce qui les fait avancer, ce qui les rend heureux, et d’être conscients du risque de lier son identité trop fortement à une mesure extérieure du succès.

Un premier pas est de comprendre qu’on n’est pas sa startup : il y a des choses qui sont bonnes pour l’entrepreneur mais pas son entreprise, et vice-versa. 

Un certain détachement est nécessaire si on ne veut pas se perdre et s’abîmer dans une descente aux enfers sans fin.

Pour aller plus loin

Le podcast en anglais est disponible sur le site du 20 Minute VC.

La Folie d’Entreprendre, c’est le podcast dédié aux traits psychologiques des entrepreneurs. Parles-en autour de toi, on te remerciera.

Pour partager c'est par là :
Un avis ? Une question ?

A lire sur le blog

La Folie d'Entreprendre

S’abonner à la newsletter